L’espérance de vie des professions médicales aux Pays-Bas du XVIe au XXe siècle

F.W.A. van Poppel, G.E. Bijwaard, M. van Lieburg, F. van Lieburg, Rik Hoekstra, Frans Verkade

Onderzoeksoutput: Bijdrage aan wetenschappelijk tijdschrift/periodieke uitgaveArtikelWetenschappelijkpeer review

75 Downloads (Pure)

Samenvatting

L’augmentation de l’espérance de vie est considérée comme l’un des facteurs déterminants du début de la croissance économique moderne. S’appuyant sur des informations concernant les élites, les historiens de l’économie ont remis en question l’idée, très courante chez les démographes, que l’espérance de vie serait restée plutôt stable jusqu’aux environs de 1800. Les informations sur l’évolution à long terme de l’espérance de vie qui pourraient corroborer cette affirmation demeurent rares. Nous présentons des données sur le corps médical aux Pays-Bas pour étudier l’évolution de l’espérance de vie à l’âge de 25 ans de générations nées entre le XVIe siècle et le début du XXe. En comparant le corps médical avec des groupes sans formation médicale – ecclésiastiques, artistes visuels, notables néerlandais, nobles et patriciens –, nous obtenons des indications sur le rôle qu’a joué la médecine dans le recul de la mortalité. Nous utilisons des modèles biographiques pour estimer la durée de la vie. Nous avons observé des allongements très importants de la survie dans l’ensemble des groupes retenus à partir des générations nées au xviie siècle. Le corps médical n’a pas fait exception à la règle, mais son espérance de vie n’a pas plus augmenté que celle d’autres catégories. Il semble donc que, pendant longtemps, le savoir médical n’ait procuré que des avantages limités à ses détenteurs.
Originele taal-2Frans
Pagina's (van-tot)659-682
TijdschriftPopulation-F
Volume71
Nummer van het tijdschrift4
DOI's
StatusGepubliceerd - 2016

Citeer dit